Accueil
Présentation
L'association
Liens
Contact
Agenda
Vie associative
Infos
Expositions en cours
Le Marathon Photos
Jeux créatifs photos
Archives
Formations
Stages du Jeudi
Formation du Samedi
Galeries des adhérents
Geneviève Airaut
Joël Pierre
Daniel Gillet
Pierre Deilhes
Jacques Berny
Jean Portes
Mako
Gérard Trévisan
Jean Bégué
Gérard Soubiran
Olivier Balax
Prêts d'expos
Catalogue

Roman Photo

Le but du jeu est de créer collectivement un Roman photo qui raconte une histoire image après image.
Chaque troisième vendredi un adhérant se propose pour réaliser une photo qui fait suite à celles projetées durant la réunion afin de soumettre une suite à notre petite histoire.
Il est impératif, bien sûr, de tenir compte du décor, des couleurs etc..., afin de maintenir une certaine logique.

Elisa

Esseulée, presque errante, Elisa cherche ses parents qu'elle a laissés dans cette grande salle d'exposition remplie d'une foule abondante. Trop distraits, son papa et sa maman ne se sont pas aperçus de sa fugue. N'ayant pas encore le sens de l'orientation développé, Elisa ne retrouve pas le chemin de retour ! Tous ces pavés semblables sous ses pieds, cette grande place sur laquelle tout se ressemble où un léger brouillard fait son apparition, non, rien qui puisse l'aider !
Enfin, elle finit par trouver un indice !

Mako

Un peu plus tôt, dans l'après-midi, Elisa avait joué avec ce petit garçon prénommé Raphaël, emmitouflé dans sa doudoune bleue, coiffé de ce bonnet original qui la faisait rire aux éclats et dont elle se moquait. Cet indice ce sont ces jets d'eau sortant du sol de façon aléatoire contre lesquels sa maman l'avait mise en garde pour qu'elle ne se mouillât pas.
Elisa reconnaît ce lieu, bien que celui-ci se présente différemment à la faveur de la nuit.

Joël P

Les jets d'eau sont illuminés de couleurs changeantes, tantôt bleu, tantôt vert ou encore rouge. Elisa est éblouie par ce spectacle féerique, malgré tout, elle se lasse et trouve un banc public sur lequel elle s'assoit.
Non! personne pour lui tenir compagnie, la place est vide.

Marie Antoinette

Elisa remonte ses genoux sous son menton, lève les yeux au ciel, la pluie a cessé de tomber. Elle observe, les yeux écarquillés, les nombreux nuages noirs qui défilent, dissimulant la pleine lune propice à la rêverie.

Christian

Il lui vient le souvenir de ce conte pour enfant que lui racontait sa grand-mère, blottie contre elle sur le canapé. L'histoire de ce petit chaperon rouge parti courageusement à travers bois, sur un chemin incertain, porter quelques victuailles à sa mère-grand. Effrayée sur le parcours par la luminance des yeux et le hululement du hibou.

Kostia

Elisa extrapole rapidement et enchaîne d'autres scénarios. Les yeux du hibou lui rappellent cet horrible épouvantail, rencontré la veille au jardin des plantes lors de la sortie scolaire, qui avait l'apparence d'un animal sorti d'un film fantastique, mi-cheval, mi-loup, dont le regard patibulaire effrayait un grand nombre d'élèves de la classe.

Denis

Les lumières multicolores des jets d'eau deviennent confuses au fond des yeux d'Elisa. Les paupières lourdes, elle se laisse emporter vers d'autres voyages improbables !

Mako

Cette grande porte qu'elle pousse, derrière laquelle elle découvre une route, ou plutôt non, il s'agit d'un pont. Un pont interminable au bout duquel elle aperçoit une lumière nébuleuse. Elisa s'arme de courage et s'engage sur celui-ci, elle regarde par-dessus le garde-corps, stupéfaction ! Il n'y a pas d'eau qui coule, rien, le vide sans fond ! Elisa presse le pas, en se rapprochant du halo de lumière elle distingue deux silhouettes.

Jean Pierre L

Son papa et sa maman l'attendent accompagnés de son ami de toujours, celui qui la réconforte dans ses moments de solitude, Doudou son nounours ! Sans transition tous trois déambulent sur le quai de cette gare déserte. Elisa a bien remarqué la grande horloge dont les aiguilles tournent à l'envers . Non aucun train ne surgit de cette obscurité oppressante tout au bout des rails, non le train ne sifflera pas, ce train à la fumée noire épaisse qui emporte les enfants vers les mondes imaginaires.

Gérard

Elisa sort de la gare sans trains pour se diriger vers cet hôtel dont elle se rappelle parfaitement le nom, l'hôtel Beau-séjour le mal nommé, un hôtel d'un autre temps, délabré, sinistre, habité par les oiseaux de nuit et les courants d'air. Au fond du couloir une musique douce se diffuse, au détour de celui-ci , Elisa pousse une nouvelle porte et découvre le carrousel.

Emilie

Un magnifique carrousel illuminé de mille lumières scintillantes dont les chevaux de bois bondissent en harmonie. Elisa ne résiste pas à la tentation, d'un bond, elle enfourche une monture, un superbe cheval de bois à la robe ébène et à la crinière longue, la voilà partie pour une chevauchée fantastique, le carrousel tourne et tourne encore, vite, de plus en plus vite. Elisa est heureuse.

Christian

Solidement accrochée à la barre, elle bondit de paysage en paysage pour arriver enfin sur cette plage de laquelle, d'un geste de la main elle salue sa maman au bord de l'eau.

Christian